London Reborn
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nathaniel Lovecraft - Cercle de la Sorcière - Conseiller - Mekhet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Logan Grimhood

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 01/05/2016

Feuille de personnage
Volonté:
71/10000  (71/10000)
Expérience:
2/100  (2/100)

MessageSujet: Nathaniel Lovecraft - Cercle de la Sorcière - Conseiller - Mekhet   Mer 22 Juin - 23:00




Nathaniel Lovecraft “Parfois, derrière un charmant sourire ce cache un démon.”


Mon identité...




۞ Prénom et Nom : Nathaniel Lovecraft
۞ Date et lieux de naissance : 1835, Oxford (Angleterre)
۞ Espèce : Vampire
۞ Clan : Mekhet
۞ Ligue : Cercle de la Sorcière
۞ Rang hiérarchique / Poste : Conseiller
۞ Pouvoirs : Auspex 1, Célérité 2, Dissimulation 2
۞ Date et lieu d'étreinte : 1863, Oxford (Angleterre)
۞ Age apparent / Age vampirique : 28ans / 153 ans
۞ Sire : Sir Loren Hamilton
۞ Avatar : Henry Cavill








Mon Histoire...

Once upon a time ...



Pour certains, la vie de Nathaniel Lovecraft était insignifiante, inutile, totalement futile en somme. Pour d'autres cependant, tel ne fût pas le cas. Mais je ne voudrais pas vous gâcher le suspense... Je vous laisse découvrir par vous même ce qu'il en est. Ainsi peut-être pourrez-vous vous faire votre propre idée sur la question.

~ ~ ~

Partie 1 : L'Humanité ou son enfer personnel

Nathaniel est né dans une famille bourgeoise en Septembre 1835 par une nuit pluvieuse. Petit dernier, et de loin, d'une fratrie de trois garçons, il fût essentiellement élevé par sa nourrice car ses parents étaient trop impliqués dans leur métier respectif pour faire vraiment attention à lui. Sa mère, l'une des premières vraies infirmières d'Angleterre, passait le plus clair de son temps à l'hôpital à s'occuper de ses patients. Son père, quand à lui, était un écrivain passablement reconnu. Il s'enfermait des heures durant dans son bureau à écrire des pages et des pages sur toutes sortes d'aventures fantastiques pour des revues qui paraissaient dans le journal local. Grand rêveur, il ne sortait de cette pièce que le soir venu avec des idées plein la tête et ne cessant de déblatérer dessus pendant les repas qui s'éternisaient.

Nathaniel grandissait donc plutôt paisiblement. Ses frères, bien plus âgés que lui, finirent par quitter le manoir rapidement pour fonder leur propre famille. L'enfant n'y porta que peu d'attention puisque de toute manière ses deux grands frères l'avaient quasiment ignorés depuis sa naissance. Enfant plutôt malicieux et même parfois turbulent, il s'amusait à fureter pendant des heures dans les pièces du manoir en prenant soin d'éviter sa nourrisse qui lui courrait derrière. Il adorait l'ennuyer, lui faire croire qu'elle l'avait perdu et l'entendre pester contre lui sans pour autant jamais le rabrouer.
Quand il eut huit ans, le jeune garçon changea cependant radicalement. Une après-midi, plutôt que d'écouter les leçons de son précepteur, il s'était de nouveau enfuit au hasard dans le manoir sous les protestations sonores de sa nourrice. Il avait finit par rejoindre la grande bibliothèque ensoleillée dans l'aile Est au deuxième étage et s'installer dans un coin, dissimulé avec un des romans de son père. Car oui, le jeune garçon vouait une admiration sans borne à son père qui savait si bien manier les mots. Sans même qu'il s'en rende compte, il passa le reste de l'après-midi assis là, à même le parquet de la bibliothèque, le livre entre les main et la tête perdu dans les lignes manuscrites du recueil. Le soleil déclinait lentement et les ombres commençaient à se teindre sur les meubles qui ornaient la pièce jusqu'à finir par avaler entièrement la moindre parcelle de lumière qui restait. Nathaniel savait que s'il ne se montrait pas rapidement sa mère finirait par le corriger verbale et comme il détestait cela... Il rangea donc rapidement le volume sur l'étagère où il l'avait prit et se faufila discrètement en dehors de la bibliothèque. Cependant, il ne rejoignit pas tout de suite le grand salon au premier étage. Il avait entendu un grand bruit provenant de la chambre de ses parents et, surprit et curieux, il décida d'aller voir. Il entrouvrit la porte et glissa à coup d’œil rapide à l'intérieur avant de laisser la poignée de porte lui échapper des mains et de tomber à genoux au sol. Son père, son géniteur et son inspiration, gisait là étendu sur le sol poisseux de sang avec une balle nichée dans la tête et les orbites révulsées. Incapable de comprendre ce geste, incapable de se lever, incapable de pleurer l'enfant resta là, genoux au sol jusqu'à ce qu'on remarque son absence et que sa mère ne le retrouve là, fixant le cadavre de son père.

Le petit garçon joyeux et malicieux mua précocement en un jeune garçon discret et secret par la force des choses. Chaque jours, il suivait les enseignements qu'on lui prodiguait avec soin faisant toujours de son mieux et se dépassant à chaque instant car il avait décider de satisfaire au moins la mémoire de son père. Chaque nuit, quand il se réveillait en sursaut et trempé à cause de terribles cauchemars, il se réfugiait dans son bureau et y restait jusqu'au matin. Il y allumait des bougies et se lançait dans la lecture d’œuvres qui inspirait jadis son paternel. Puis ses lectures devinrent de plus en plus sérieuses à mesure qu'il grandissait.

A l'adolescence, il tomba dans la bibliothèque sur un livre traitant de l'occultisme. Il se passionna pour cet ouvrage et il passa plus d'une nuit à le lire et à le relire. Sa mère, de plus en plus absente, se refusait catégoriquement à rentrer dans l'ancien bureau de son mari et cela arrangea particulièrement Nathaniel. Il récupéra toutes les clefs et interdit catégoriquement ce lieux aux domestiques. Inspiré par ce livre, il grava sur le parque du bureau un immense pentacle et s'adonnait par moments à des rites anciens et oubliés. Il sacrifiait parfois de petits animaux pour satisfaire quelques divinités païennes lors de soirées de pleine lune et s'aventura même à modifier complètement le bureau de son père. De bureau il ne restait que le nom. Il y avait installé une espèce de petit laboratoire pour créer des décoctions et toutes sortes de verreries étaient disséminées dans la pièce. Il devint un vrai passionné de l'occultisme, s'y adonnant dès qu'il le pouvait mais ne négligeant pas ses études à côté.

Quand il eut l'âge requit, il passa l'examen d'entré pour la célèbre université d'Oxford et le réussit haut la main. Il commença donc à suivre des cours de médecines, d'anthropologies, d'histoires et de droits. Évidemment, il passait le reste de son temps à la bibliothèque universitaire à  faire des recherches concernant ses pratiques personnelles ou encore chez lui dans le bureau de son père. Enfin... Son bureau maintenant. Il suivait ses études avec une facilité presque déconcertante et plus d'un de ses professeurs le lui avait déjà fait remarquer. Mais lui s'ennuyait... Ses enseignements n'était pour lui que des passades puisqu'il estimait pouvoir aussi bien les apprendre tout seul. Et c'était sans doute vrai. Ce qui l'intéressait vraiment c'était la quantité de savoir qui regorgeait dans ce lieu. En deux ans à peine, il décrocha son diplôme de médecine et sa licence de droit. Pourtant le jeune homme alors âgé de vingt ans ne voyait aucunement l'envie de se limiter à cela. Il décida de poursuivre ses études encore quelques années et il fit bien. A peine deux ans plus tard, il réussit le concours final et obtint son diplôme d’anthropologie. Il avait à présent toute les cartes en mains, il ne restait plus qu'à les jouer correctement...
Il allait s'installer dans un cabinet d'avocat pour y exercer quand sa mère décéda de manière brutale et de manière inexpliquée. La nourrice de Nathaniel, qui était aussi la gouvernante du manoir, s'inquiéta un matin de ne pas la voir sortir de sa chambre. Avec respect mais une certaine angoisse, elle entra dans la pièce et, horrifiée, en ressorti quelque minutes plus tard après avoir ouvert les volets et remarqué l'état de sa dame. Madame Lovecraft gisait là dans son lit, la mine blême, cadavérique même, les yeux révulsés et inerte. Elle s'était éteinte dans son lit sans un murmure, sans une aide, seule. Le médecin qui vint confirmer la mort était pourtant perplexe. Il confia à Nathaniel ne pas comprendre la cause de son décès. Tout semblait normal pourtant il y avait un fait qu'il ne parvenait aucunement à expliquer. Ce teint blafard, ses membres recroquevillés... Tout laissait à penser qu'elle avait perdu une quantité importante de sang et pourtant il n'y en avait aucune trace dans la pièce. Plus troublant encore, quand il effectua l'autopsie du corps, il nota un absence totale de sang dans l'organisme de la victime sans pourvoir l'expliquer. Aucune plaie, aucune entaille, rien...

Ils furent nombreux à tenter de trouver réponse à cette question sans jamais y parvenir. L'affaire fut classée comme irrésolue et Nathaniel put faire son deuil en paix. Il resta cloîtré pendant des semaines dans l'ancien bureau de son père ne sortant qu'une fois la nuit tombé pour se nourrir un peu et s'enfermer de nouveau. Il était plus que jamais motivé par ses écrits noirs qui lui promettaient entre autre de pouvoir communiquer avec les morts par le biais de sacrifices animales et des rituels complexes. Il essaya plus d'une fois et plus d'une fois il se passait des choses étranges dans cette pièce...

Il finit par reprendre un court plus ou moins normal de sa vie et installa chez lui, au manoir, un cabinet médical. Rapidement, les gens des alentours virent demander ses services et il finit par être de plus en plus connu. Seulement cette vie là l'ennuyait à mourir, c'est le cas de le dire... Pour donner plus de piment à sont existence, il se remit à créer des décoctions en tout genre et à les tester sur ses patients les plus malades pour commencer. Mais petit à petit, homme se mettait de nouveau à s'ennuyer et il s'employa à trouver de nouvelle sensation en plus de son emploi.

Il devint officieusement un fournisseur de poisons en tout genre allant du plus simplement détectable pour ceux qui payait le moins comme au plus pointu. Le jour il testait ses produit sur ses patients et la nuit il les préparait ou les vendait au plus offrant. Il avait prit en haine le genre humain tout entier, pour lui avoir reprit bien trop tôt père et mère, et ce à l'exception d'une seule et unique personne. Sa nourrice. Il s'occupait de la vieille femme du mieux qu'il pouvait en lui prodiguant soin et attention, comme un vrai fils. Cependant la vieille femme finit elle aussi par succomber et la dernière bribe de lumière et d'espoir disparu chez Nathaniel.

Il se retrouvait seul, mais ne comptait pas le rester longtemps...
Ses pratiques secrètes ne lui suffisaient plus. Il voulait avoir un groupe de fidèles pour l'aider dans ses recherches et qu'ils vénèrent avec lui les dieux païens. Il se mit donc en quêtes d'esprits vifs et ouverts capables de comprendre et d'appréhender cet art dans le plus grand secret. Pendant plusieurs années, il agrandit son cercles d'acolytes et leurs recherches avancèrent à grands pas. Il était le leader, l'esprit de cohésion et décisionnaire, une espèce de gourou en sommes. Et il s'y trouvait bien.
Puis vint ce jour. Non. Cette nuit plutôt... Une nuit froide et neigeuse de Décembre si ces souvenirs étaient bon. Cette nuit ou sa vie changea, radicalement...

~ ~ ~

Partie 2 : L’Étreinte ou la Délivrance

Nathaniel ne gardait pas beaucoup de souvenirs en mémoire de sa vie humaine. Il fallait dire aussi que ça remontait à loin maintenant... Cependant, il y en avait un qui restait aussi clair et limpide qu'à l'époque.

Il se rappelait qu'il avait neigé toute la journée sans discontinuer, que le ciel était gris cendré, presque argenté, et surtout qu'aucun de ses acolytes n'avaient pu venir étudier auprès de lui. Tournant en rond seul dans son grand manoir, il avait finit par décider de s'enfermer dans la grande bibliothèque au deuxième étage. Cela faisait des années maintenant qu'il l'avait réarrangé et il avait même créer une section toute entière traitant de ses nouvelles recherches. Ses carnets de notes y étaient aussi entreposés avec des traités qu'il avait rédigé ainsi que ses protocoles de créations pour ses différents poisons.

Toute la journée, il avait vagabondé entre les étagères ouvrant des piles de livres sur la grandes table qui trônait au milieux de la pièce, probablement à la recherche de quelques informations qui auraient pu échapper. Il n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qu'il cherchait alors il s'était un peu énervé, avait protesté qu'on ne l'aidait pas assez et avait fini par laisser tout ses ouvrages en vrac sur la table. Il était encore tôt, à peine le milieux de l'après-midi aussi décida-t-il de faire un peu de renforcement musculaire. Car oui, il n'affectionnait pas plus que cela l'entraînement sportif mais il fallait bien l'avouer, effectuer des rites païens de cet envergure sans une condition physique adéquat ça relevait simplement du suicide. Les forces à l’œuvre agissaient autant sur les failles telluriques que sur les éléments électromagnétiques sans oublier de puiser dans les forces physiques des invocateurs. Par conséquent, il se devait de garder une forme olympique s'il voulait pouvoir continuer sans en subir les conséquences.

Il fila donc se changer rapidement et alla courir sur sa propriété. La course à pied au milieu des arbres était tellement bénéfique pour le moral comme pour la santé. Le moral, ça Nathaniel s'en fichait pas mal à vrai dire. Tant qu'il pouvait continuer, de temps en temps, à tuer quelques patients ingrats ou irrécupérables ainsi qu'à refourguer ses poisons à des prix de moins en moins raisonnables alors il y irait plutôt bien. Et « plutôt bien » valait mieux que « mal » dans son cas, car sinon il fallait s'attendre à en subir les conséquences et cela même si vous n'étiez responsable en rien de son état. Mais ce jour là, telle n'était pas la question...

Il effectua donc ses exercices habituels avant de rentrer se détendre dans un bain brûlant, comme à son habitude. Une fois cela fait, il enfila un traditionnel costume noir sur une chemise immaculé. Il aimait avoir une tenue impeccable et vu sa condition de bourgeois cela pouvait se comprendre.
Il allait ajouter une cravate couleur de jais à l'ensemble quand il sursauta. On venait de sonner à la porte. Il regarda l'heure : dix neuf heures, étrange il n'attendait personne. Nathaniel haussa les sourcils et descendit rapidement pour ouvrir car il avait congédié les domestiques pour la journée.
En haut des escalier de marbres blancs et devant la grande porte d'entrée se tenait un homme qui ne semblait pas inconnu à Nathaniel. Il réfléchit un moment. Oui... Il l'avait déjà croisé plusieurs fois dans des séminaires anthropologies et de médecines et à chaque fois un malaise lui avait écraser les épaules et tordu les entrailles. Malaise qui refaisait surface alors qu'il se tenait devant lui d'ailleurs.

L'homme le salua en s'inclinant et se présenta à lui sous le nom de Sir Loren Hamilton. Il avait des manières tout droit sorties d'un autre monde avec son chapeau au de forme et ses petite lunettes rondes. Il passa outre sont sentiment d'insécurité et laissa entrer l'homme puisqu'il prétendait être plus qu'un fervent admirateur de ses pratiques. Flatté, Nathaniel commençait a envisager de le prendre comme acolyte s'il décelait en lui le potentiel adéquat.

Il voulut discuter plus en détail de toute cette affaire avec ce Loren mais quand il se retourna vers lui après avoir refermé la porte, plus personne ne se trouvait là. Il s'étonna de ne le trouver à ses côté, pensant presque l'avoir rêvé, avant de remarquer sur le porte manteau de l'entrée sa redingote et son haut de forme. De plus en plus surprit, Nathaniel s'avança lentement dans le grand hall en le cherchant du regard sans toutefois le trouver. Il crut cependant distinguer un drapé se faufiler dans l'aile Est au premier. A son tour il grimpa les escaliers, quatre à quatre, pour ne pas qu'il ne lui échappe. Il s'engouffra dans le long couloir en courant à moitié, le cherchant presque nerveusement.
S'il y avait bien une chose qu'il détestait c'était les gens qui faisait comme chez eux, ça l'irritait au plus haut point. En plus, ce malaise ne se dissipait pas, pire il s'accentuait car il se sentait à présent épié. Un mauvais sentiment, voilà ce qu'il avait... Nathaniel ne savait pas pourquoi mais il était certain de le trouver dans la bibliothèque au deuxième et il eut raison. A peine entré, il le trouva le nez dans ses notes à farfouiller il ne savait quoi.

Loren leva les yeux vers lui, lui servit un sourire radieux, et... en à peine une seconde se retrouva pile devant lui. Interloqué et ne comprenant rien à ce qui venait de se passer, le jeune homme resta muet pour une fois et cligna des yeux. Il commença à poser mille et une question à Nathaniel sur ses expériences, ses recherches et sa vie en elle même, semblant s'intéresser au moindre détails, aux moindres bribes de son existence. Le jeune homme ne comprenait pas les intentions de ce Loren, si tant était que ce soit son vrai nom déjà. Il se faisait suspicieux, devenant presque paranoïaque quand ce dernier se mit à l'examiner sous tout les angles en tournant lentement autour de lui. Il commençait sérieusement à lui échauffer l'esprit... Nathaniel allait le congédier sèchement, sans aucun semblant de diplomatie, quand l'homme au regard de jais prit la parole.

« - Cela fait des années que je t'observe dans l'ombre, Nathaniel Lovecraft. Des années que je t'épie et que j'aime ce que je vois. J'ai enfin prit ma décision. Ce soir, je vais t'offrir toute la connaissance du monde... »

Puis l'homme disparu dans les ombre de la pièce. Nathaniel aurait pu croire avoir rêver s'il ne restait pas des bribes de son odeur dans l'air ambiant de la pièce. Un parfum entêtant et pourtant si diffus, une de ses odeur qui reste sur vos papilles bien après avoir disparue. Il fut brusquement ramené à la réalité par une main de fer qui le saisit à la gorge et l'entraîna contre un des mur de la bibliothèque. Il étouffait littéralement tant la poigne était puissante. Pourtant il essayait par tout les moyens de se dégager, usant de la force en frappant largement dans les articulations pour le faire céder mais Loren semblait à peine sentir la douleur. Il était en colère qu'on ose lever la main sur lui, il enrageait même. On entrait chez lui comme un prince, on visitait son manoir sans autorisation et on fouillait dans ses recherches et puis ça? S'en était trop, s'en était largement assez. Il allait... Argh!!!

Il gémit de douleur quand les crocs de l'homme percèrent la chair de son cou et allèrent chercher sa jugulaire. Nathaniel écarquilla les yeux et se débattit comme un diable pour échapper à cette étreinte. Bien qu'il n'en connaisse pas les tenant et aboutissant, il savait d'instinct qu'il devait se sortir de là rapidement sans quoi il s'exposait à de gros problèmes. Il frappait, griffait et mordait tout en essayant de retirer son cou de cette main de fer. Mais rien n'y fit, l'homme ne bougeait pas...

« - J'aurais été déçu si tu ne m'avais pas un peu résisté... »

Petit à petit, il se sentait glisser dans une langueur étrange qui le rendait docile, presque avide même. La douleur faisait place à une chaleur bienveillante et agréable. Il n'avait plus mal, d'ailleurs, avait-il jamais eu mal...? Puis une vague de plaisir finit par l'envahir et il laissa retomber ses bras ballant le long du mur. Il finit par soupirer largement en sentant les mains de l'homme se glisser sur son torse et gémir quand la morsure devint plus profonde. La morsure? Quelle morsure...? Seul restait cette envie, ce plaisir irrépressible qu'il lui procurait et qui parcourait tout son corps en le rendant brûlant. Mais ça ne dura qu'un temps.

Déjà il sentait ses yeux papillonner et s'obscurcir. Sa vision se rétrécissait à mesure qu'il recommençait à le sentir drainer son sang et son angoisse réapparaissait de concert. Pire même. Une énorme boule de stress, d'angoisses et de peurs mélangés se formait dans son ventre. Le jeune homme sentait son sang quitter son corps de seconde en seconde et l'affaiblir. Que pouvait-il bien faire pour stopper cela? Il luttait contre lui même pour ne pas sombrer dans le néant, se tortillant faiblement pour se dégager mais il savait que c'était déjà trop tard. Il n'avait pas eu la force tout à l'heure de l'arrêter alors maintenant...

Il finit par ne même plus avoir la force de maintenir sa tête droit et elle vint s'écraser contre son torse avec fracas. Nathaniel était physiquement inerte mais encore un peu conscient de se qui l'entourait. Mais pour combien de temps... Il l'entendant gronder de plaisir alors qu'il le vidait littéralement de son sang. C'était quoi son problème?! Et pourquoi... il faisait ça...?! Pourquoi... pour... quoi... pour... ... en...foiré...

Puis il sombra, se laissant engloutir par les ombres...

~ ~ ~

Partie 3 : La Non-Mort ou la Rédemption

Il se réveilla en sursaut et à bout de souffle, haletant. Le premier réflexe qu'il eut fut de porter sa main à sa gorge et de tâter la peau de son cou. Lisse... Pas de marques, pas d'entailles, pas de traces de dents. Nathaniel soupira, rassuré. Il reconnaissait le plafond en bois de son manoir, la bonne odeur des fourneaux qui s'activaient au rez-de-chaussée et la douceur de ses draps qui...

Il se redressa, un peu vite peut-être. Il n'y avait pas de draps, pas plus qu'il n'y avait de lit en fait. Nathaniel était assis sur une table en bois massif et pas n'importe laquelle, celle de la grande bibliothèque. Un corps posé là, au milieu de feuillets et de livres ouverts. Il soupira. Ce n'était pas la première fois qu'il s'endormait de la sorte dans cet endroit mais quand même... au point de dormir sur la table, jamais encore. Cela manquait cruellement de classe pour quelqu'un de sa prestance.

Qu'avait-il encore fait hier soir pour se retrouver dans un tel état de fatigue... Il se massa douloureusement la nuque et se leva, avant d'aller se servir un verre de Bourbon réputé devant la fenêtre. Il regarda ensuite par la fenêtre et resta silencieux. *...* Il faisait déjà nuit? *Mais... * Il fronça les sourcil tâchant de se souvenir de sa soirée précédente. Petit à petit, il commença à se remémorer. L'homme à la redingote et au chapeau haut de forme, sa disparition, puis la bibliothèque et cette douleur au cou. Tout lui revenait en mémoire. La douleur lancinante de sa morsure puis cet excès de plaisir exquis et enfin cette peur sans nom qui l'avait saisit alors qu'il le vidait de son sang.

Nathaniel éclata de rire. Il n'avait aucune blessure et il se sentait bien, mis à part un léger mal de tête. Il avait juste été malade et avait déliré, c'était tout. Quel idiot il avait été de croire ne serait-ce que quelques secondes à ses inepties. Il avala une gorgée de son verre et la recracha aussitôt avant de s'approcher de la bouteille et de venir sentir le Bourbon. *Étrange...* L'alcool avait son odeur habituelle et pourtant il avait un goût de cendres plus que prononcé. *Probablement un verre qui a traîné sur la cheminée.* Il prit donc un autre verre et renouvela l'expérience, retombant sur le même résultat. Son Bourbon était foutu. Probablement qu'un petit malin l'avait coupé avec quelques herbes ou substances. De colère, il envoya le récipient en verre s'écraser contre la cheminée en marbre blanc suivit de près par son verre encore plein.

Il avait soif et sa gorge le brûlait violemment. Il fallait qu'il boive bon sang! Il avait du s'endormir alors que le feu se consumait encore dans l'âtre et de toute évidence la fumée lui avait largement irritée la trachée. Il envoya valdinguer le meuble sur lequel se trouvait son service de verres avant de se figer sur place, un violent frisson glacé glissant le long de sa colonne vertébrale, alors qu'il entendait un petite rire s'élever dans son dos. Lentement, il se retourna et instantanément son angoisse jaillit dans son ventre en apercevant l'homme au regard profond et noir. Loren. Alors il n'avait pas rêvé... Sa main vient se coller contre sa gorge comme pour se protéger  et il se surprend à grogner en le regardant.

C'est à ce moment là que la nouvelle gouvernante décida d'entrée dans la bibliothèque. Elle avait probablement été attirée par le bruit qu'il avait fait en brisant les objets en verre et en fracassant par terre le meuble, et, elle le regardait avec un regard interrogateur et bienveillant. Nathaniel, toujours figé sur place, tourna lentement la tête et, en l'apercevant, reçu une sorte de décharge électrique dans tout le corps. Une pulsion sanguinaire qui lui ordonnait impérieusement de lui sauter à la gorge  et de la massacrer. Une de ses envie inexplicable et irrationnelle qu'on a du mal à combattre et qui nous subjugue presque... Il avait avait complètement oublié Loren en l'apercevant.

Nathaniel s'approcha lentement de la jeune femme, la détaillant avec attention et écoutant son cœur battre la chamade. Elle devait avoir grimpée les escaliers rapidement pour que son rythme cardiaque soit aussi élevé.  A peine l'avait-il atteint qu'il planta ses dents dans sa gorge et aspira son sang en de grosses goulées. Des dents...? Des redoutables crocs plutôt oui. Il avait tellement faim et ce breuvage était si... délicieux? Apaisant? Enivrant? Non... C'était bien plus que cela. Il était si prit par son repas qu'il ne se rendit même pas compte qu'il était en train de l'écorcher vivante au niveau de son dos.

Une fois le corps vidé de son sang il le rejette au sol sans ménagement ni aucune douceur et se retourne vers l'homme au regard de jais la bouche encore couverte de sang, semblant enfin se souvenir qu'il était là.

« - Il va falloir que nous parlions je crois, Monsieur Hamilton. »

~ ~ ~

Nathaniel était resté près d'une cinquantaine d'années avec son Sir, apprenant tout sur la société vampirique, sur leurs règles et leur hiérarchies, sur les Ligues aussi et leurs intérêts, sur tout ce qu'il pouvait savoir en fait étant donné sa soif de connaissances.

Ils avaient ensuite rejoint Londres où il avait intégré les rangs du Cercle de la Sorcière grâce à Loren. Rapidement, avec l'aide de ses solides connaissances en occultismes, il gravit les échelons de la ligue en apportant son aide à plus gradé que lui. Bien sur il ne livrait aucun de ses propres secrets, ceux qu'il n'avait partagé avec personne en fait. C'était ses recherches était son héritage et il le garderait pour lui. De simple acolyte il finit par devenir membre à par entière et il put ainsi continuer ses recherches et développer ses rituels. Plus important encore, il en acquit de nouveau qui, si on les ajustait et qu'on les utilisaient avec les siens, pouvait décupler les effets diverses et variés de ses maléfices.

Fiers de ses progrès et de ses connaissances, ses pairs avaient fini par l'élever au rang de conseiller. Bien qu'habituellement il n'y en avait que deux, ils avaient crées un siège au conseil tout spécialement pour lui. Il eut cependant du mal à se faire accepter par les membres plus âgés que lui et qui eux n'avait pas eu ce privilèges. Son arrogance et sa soif de pouvoir n'en grandirent que plus et il finit par avoir raison d'eux à coups d'intrigues et de rituels noirs.

Au bout d'une décennie cependant après l'obtention de son siège au conseil, son Sir décida de quitter Londres pour des raisons qu'il n'expliqua pas. Fou de colère à cause de cet abandon, Nathaniel voulu faire le grand nettoyage dans Londres et, lors d'un rituel qui finit par mal tourner, il créa un déluge destructeur qui ravagea une partie de Londres en l'innondant. Évidemment, il ne fut jamais prouvé que cet incident était de son fait et il réussit à faire passer la faute sur un autre. Cependant, il n'avait pas prévu que le Prince ordonnerait au Cercle de quitter immédiatement Londres sans perspectives de pouvoir un jour y revenir.

Nathaniel était certes disculpé mais cette condamnation de leur ligue était un coup dur. Il se jura que par tout les moyens il ferait en sorte de pouvoir réinstaurer le Cercle dans Londres. Peut lui importait le temps que ça lui prendrait mais il était convaincu qu'il finirait par y arriver. Devenu habile en manipulation et en persuasion, il ne fut guère difficile de se replier dans sa ville d'Oxford et de garder un panel d'informateurs assez important à Londres. Pendant plus d'une vingtaine d'années, il continua ses recherches et élabora des rapprochements avec certains membres des autres Ligues, toujours intéressé évidemment et en vue de son grand projet mais sans pour autant le laisser transparaître à aucun moment.

Le Prince de Londres avait semble-t-il eu le temps de revoir sa position au sujet de l'exil du Cercle et il finit par changer d'avis. Il allait sans dire que certaines actions de la ligue à l'extérieur de Londres avaient du arrivées jusqu'à ses oreilles et qu'il estimait que le temps de la sentence avait assez duré. C'est ainsi que Nathaniel retrouva son siège de troisième conseiller du Cercle de Lyon il y a de cela une vingtaine d'années. Depuis sa nouvelle ambition? Détrôner le Doyen de sa Ligue pour en prendre la tête et destituer le Prince. Ô douce vengeance...

~ ~ ~

Je vous avait pourtant prévenu qu'essayer de comprendre Nathaniel en quelques mots était... Impossible ~


Descriptions

Comment me voit-on ?  



Comment décrire Nathaniel simplement... Hum, ce n'est pas si simple à vrai dire. Sous son apparente jeunesse se cache en fait un kindred relativement vieux. Et oui, il cache bien son jeu! Toujours impeccable sur lui, ses habitudes vestimentaires démontrent son sérieux et sa sagesse de Mekhet. Son regard acier encadré par une chevelure blonde le présente comme une personne avenante parfois même charmante au premier regard. Pourtant... Curieux s'abstenir. On lui donnerait aisément le bon Dieu sans confession mais sous ses airs de sagesse se cache en réalité un manipulateur et un vampire capable du pire pour arriver à ses fins. Toujours avide de connaissances et de pouvoir, arrogant et ambitieux, il ne recule devant aucune difficulté et ne lâche jamais sa proie. Borné et même parfois sadique, il est responsable de bien des méfaits au sein du Cercle mais ses recherches sont primordiales. Pourtant sa vanité et sa soif de connaissances font de lui un kindred qu'il ne faut pas trop ennuyer sans quoi il faut s'attendre à des représailles... de nombres représailles...

Mes Relations...

Mon Sir,  Sir Loren Hamilton  

C'est lui qui m'a offert ma non-vie et m'a apprit tout ce que je sais. C'est, sans aucun doute, la seule personne que j'ai en haute estime. Pourtant cela ne l'a pas empêché de m'abandonné il y a quelque années, pour des raisons inconnues... Dommage pour lui, je ne l'attendrai pas pour la gloire.  



Mon Ennemie, Eléonore Frey

Relation Très conflictuelle



Quelques mots...



Ce personnage un peu à part cherche des liens à développer, n'hésitez pas à contacter si vous êtes intéressé!

©never-utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nathaniel Lovecraft - Cercle de la Sorcière - Conseiller - Mekhet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Neutre] Le Premier Cercle
» Panda multi élément cercle 199 en plein coma éthilique :x
» Kwalyptus pandawa feu de Domen du Cercle 12x
» [Deck Joute] Le roi de fer et la Sorcière
» [Guilde Horde] Le Cercle Élémentaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Reborn :: Administration :: Personnages :: Pris :: Le Cercle de la Sorcière :: Vampires-
Sauter vers: