London Reborn
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Ligues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eléonore Frey
Admin
avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 30/04/2016

Feuille de personnage
Volonté:
124/10000  (124/10000)
Expérience:
3/100  (3/100)

MessageSujet: Les Ligues   Mer 29 Juin - 20:23


  L'Invictus

 



Le Premier Etat

Lorsqu'on vous dit Invictus, vous me répondez, aristocratie ! Et vous avez raison ! L'Invictus, ou le "Premier Etat" comme on aime souvent l'appeler.  L'Invictus enseigne que le pouvoir est tout et s'accorde à ceux qui méritent le plus, c'est à dire, à ceux qui ont la plus grande ambition, les plus grandes compétences mais aussi surtout, la plus grande prétention. Pour entrer au sein de cette ligue, il faut aimer le pouvoir, sans quoi vous n'y trouverez pas votre place...

C'est une organisation élitiste, peuplée en grande majorité par des anciens.  Les nouveaux-nés, à moins d'y être intégré par leur Sir, évitent d'intégrer cette ligue, pour une bonne raison : il est souvent compliqué d'évoluer au sein de cette ligue. Si dans l'aristocratie mortelle, les nouvelles recrues peuvent espérer prendre la place d'une personne à sa mort, ce n'est pas le cas chez les Damnés, puisqu'ils ne sont pas enclins à mourir de sitôt, et pour ce qui est de la torpeur, ils auront eu suffisamment de temps pour placer leurs pions. La force de cette ligue est aussi dans le nombre accru de ses partisans, Le Premier Etat recrute donc aussi certains jeunes vampires, afin que les plus vieux puissent s'accommoder avec leur époque et les nouvelles technologiques. Mais ces derniers restent bien souvent au rang de pions ou de laquais.

Au cours de l'Histoire, L'invictus a souvent été à la tête du gouvernement vampirique dans différents Domaines et a prouvé à plusieurs reprises, que lui seul était capable de diriger une communauté vampirique.  Et Londres ne déroge pas à cette règle, puisque le Prince Lewis Winchester lui même, fait parti de l'Invictus. D'ailleurs, les membres de L'invictus revendiquent souvent que leur ligue qui sont à l'origine des appelations des titres hiérarchique au sein de la communauté tel que celui de "Prince".

Par sa puissance, ils obtiennent le pouvoir, par le pouvoir, ils brisent leur chaînes.  Etre membre de L'invictus a plusieurs avantages, souvent, cela se traduit par un très vaste de réseaux d'informations, principalement humains et parfois même vampires pour les plus haut gradés. Les membres de cette ligue ne sont pas choisi aux hasards, souvent, ils ont sous leur commandement, plusieurs groupes de gens ... Pourtant, la pègre leur semble être inaccessible... A votre avis, pour quelle raison ?



 



Dernière édition par Eléonore Frey le Jeu 21 Juil - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.london-reborn-rpg.tk
Logan Grimhood

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 01/05/2016

Feuille de personnage
Volonté:
71/10000  (71/10000)
Expérience:
2/100  (2/100)

MessageSujet: Re: Les Ligues   Dim 10 Juil - 13:26


  La Lancéa Sanctum

 


Les Bénis

Là où l'Invictus représente l'aristocratie et le pouvoir, les « Bénis » de la Lancéa Sanctum sont les piliers religieux et moraux du gouvernement. Cette Ligue, assez fermée quand à ses pratiques, regroupe ce qu'il y a de plus inhumain dans l'état vampirique puisqu'ils exaltent leur condition. Universellement respectée et crainte, la Lancéa recherche toujours le pouvoir, non pas pour régner différemment de l'Invictus, mais bien pour faire respecter les dictats, attitudes et idéologies de Longinus qui est, selon eux, leur père à tous. Selon la légende, quand il enfonça sa lance dans le flanc du Christ, une goutte macula alors sa peau le rendant immortel mais, rejeté du Paradis par Dieu lui-même, il demeura sur terre pour se racheter. Désormais il ne pouvait plus marcher que la nuit, privé à jamais de la lumière divine, et ne subsistait qu'en se nourrissant du même sang qu'il avait répandu. Du sang mortel. Tel était sa damnation.

Contrairement à l'Invictus qui se veut très élitiste et qui ne regroupe généralement que les vieux vampires, la Lancéa elle s'ouvre sur tout les horizons. Les jeunes non-vivants y trouvent aussi bien leur place que les anciens. La Ligues est essentiellement composée de religieux ou de vampires adeptes de ces préceptes dictés par  Dieu qui, selon eux, les maintient en vie et leur permet de diriger hommes et non-morts vers la vertu de la foi. Ils représentent le courroux divin et vengeur sur terre finalement.

Clairement, ce sont les vampires de la Lancéa Sanctum qui détiennent le pouvoir. Ils revendiquent la suprématie dans moins de domaines que le gouvernement en faction mais ce n'est pas pour rien qu'on nomme régulièrement la Ligue le « Deuxième État ». Ils dominent dans bien des domaines grâce à leurs capacités tirées de leurs différents rituels, qu'ils soient spirituels ou non, et à leur méthodes parfois assez violentes pour remettre un vampire dans le droit chemin. Bien qu'ils ne soient pas vraiment violents au départ, ils n'hésiteront pas à utiliser tout les moyens en leur possession pour faire respecter leur préceptes, même aux vampires hors de leur Ligue, pour atteindre leur objectif et si un bain de sang a été décrété priez la miséricorde de Dieu si vous en croisez un.

Le point le plus fondamental pour les vampires de la Lancéa, c'est qu'ils sont et resteront toujours des prédateurs, au dessus des humains sur la chaîne alimentaire. Aucun besoin dans ce cas de les respecter pour ce qu'ils sont, du simple bétail, et si un vampire prétend faire partie de leur troupeau pour quelques raisons que ce soit qu'il s'attende à en subir de larges conséquences. La Lancéa Sanctum n'est pas par définition cruelle puisque ses croyances ou ses lois ne permettent pas d'actes de violence gratuite. Elle traite simplement les humains comme de simples proies, des animaux, présents sur terre pour les servir et les nourrir afin qu'ils les guident. Implacable et froide, c'est bien souvent plus cet aspect de la Ligue que l'on craint et qui perturbe les non-morts.

Préceptes et croyances :

Passage tirés du Testament de Longinus
Un : Bien que vous soyez Damnés, votre Damnation a un but. C'est la volonté de Dieu que vous soyez ce que vous êtes, et la volonté de Dieu est que les Damnés existent afin de montrer ce qu'on encourt à se détourner de lui. Le Mal devient Damné. Dieu a appelé à Ses côtés ceux dignes de Son amour.
Deux : Ce que vous étiez autrefois n'est plus ce que vous êtes maintenant. Tout comme les mortels sont des moutons, les Damnés sont des loups en leur sein. Ce rôle est défini par leur nature, les loups se nourrissent de leurs proies, mais ne sont pas cruels avec elles. Le rôle de prédateur est naturel, même si le prédateur ne l'est pas.
Trois : Une hiérarchie ordonnée existe. Tout comme l'homme est au-dessus de l'animal, le Damné est au-dessus de l'homme. Notre nombre est moindre afin que notre tâche soit mieux accomplie.
Quatre : Avec les pouvoirs de la Damnation viennent les limites. Les Damnés se cachent parmi ceux qui conservent l'amour de Dieu, ne se montrant que pour être Terreur. Les Damnés ne doivent pas créer d'autres comme eux, car juger une âme n'appartient qu'à Dieu. Les Damnés souffriront encore plus s'ils devaient tuer un des leurs et lui arracher son âme.
Cinq : Notre corps n'est pas nôtre. Notre but est de servir, et quand nous nous en éloignons, nous devons être châtiés. La lumière du soleil brûle, les flammes purifient la chair du mal.

Infants, nouveau-nés et initiations :

La Lancéa Sanctum est à l'égard des Infants et de leur Sir ou Dame en pleine contradiction. Si l'introduction d'un nouvel Infant est un événement très important qui symbolise la pérennité de leur race et de surcroît de leur Ligue, cet acte constitue aussi une violation des croyances les plus importantes de la Lancéa. Crée un Damné constitue un tabou absolu envers leur loi car ils ne sont que les envoyés de Dieu et ne peuvent s'élever à accomplir cet acte à sa place. C'est pourquoi, le Sir ou la Dame qui enfreint cette règle devra faire pénitence et l'Infant sera testé lui aussi.

Un rite de passage est obligatoire et quasiment immédiat pour les deux vampires et se fait devant une assemblée, bien souvent constituée de membres imminents. Un prêtre, ou tout autre membre important et haut placé de la Lancéa conduit ce rite, ce qui implique beaucoup de prières de la part du père et de l'enfant. Le prêtre, ou celui qui le remplace, trace sur le front de l'enfant des symbole religieux qui devront perdurer toute la nuit et il subit aussi une bénédiction avec un tison brûlant. Un peu comme pour un baptême chrétien, le prêtre ne touche pas l'enfant mais balance le tison au-dessus de lui. Le père, quand à lui, subit la morsure du feu. Le tison est appliqué sur sa poitrine pendant quelques instant mais crier ou s'enfuir par accès de peur sera perçu comme de la couardise. Certain rite son plus ou moins violent et varient avec le Doyen en poste la plupart du temps. Certains préconisent l'apparition du père au Soleil pendant un court instant, d'autres qu'il se flagelle durant toute une nuit sans avoir de sang en aide. Mais le pire n'est jamais vraiment divulguer...

Un fois ce rite de passage effectué et si les deux vampires sont reconnus par la Ligue, le père sera loué pour son choix et l'enfant devra pendant quelques temps faire des gestes d'engagement envers la Lancéa comme de participer à de nombreux rituels, de suivre des cours quand à la foi et au diverses pratiques, ou encore plus simplement participer à des débats idéologiques. En règle général, ils subissent aussi des épreuves de part de petites missions qu'ils doivent mener à bien. Ces test ne sont pas forcément utilisés pour déterminer si quelqu'un peut ou non rejoindre la Ligue, mais ceux qui s'en sortent bien gagnent le respect de leurs nouveaux pairs.
Ceux qui font moins bonne figure en revanche font ensuite face à des mois, voire des années, de dérision et de moquerie, souvent suffisants pour faire partir quelqu'un.les faire partir.

Rituels et observances :

Il est notoriété publique chez les vampires de savoir que la Lancéa est la première faction religieuse des non-vivants et de surcroît une des Ligues ayant le plus de traditions, de rites et pratiques. Parmi elles, on trouve la sorcellerie Thébaine, les rites de créations dont nous avons déjà parlé plus haut, les onctions et bains de sang, diverses messes de minuit et bien d'autres fêtes sacrées qui seront abordées dans un post spécifique et réservé exclusivement à ce sujet.


 



Dernière édition par Logan Grimhood le Jeu 25 Aoû - 21:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logan Grimhood

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 01/05/2016

Feuille de personnage
Volonté:
71/10000  (71/10000)
Expérience:
2/100  (2/100)

MessageSujet: Re: Les Ligues   Lun 25 Juil - 13:29


  L'Ordo Dracul

 


Les Dragons

Contrairement à la Lancéa Sanctum qui estime que le vampirisme est une damnation issus du pêché de leur père Longinus, les Dragons eux voient leur état comme un fait. Ils comprennent l'aspect maudit mais préfèrent l'étudier et tendre à le transcender plutôt que de le subir. L'Ordo Dracul est une Ligue plutôt jeune, créée au environ du XVIème siècles d'après les archives. Elle rassemble de grands penseurs, des esprits souvent scientifiques et des érudits qui se basent sur les faits et non sur des croyances. Bien sur, cela ne les empêchent pas de respecter ses pratiques mystiques usées dans d'autres Ligues car eux-mêmes honorent leur père et fondateur, Vlad Tepes.
Les Dragons savent pertinemment que Dracula n'est aucunement le premier des vampires mais ses pratiques et son esprits de conquête ainsi que ses différentes réflexions sur le vampirisme font de lui un Semblable très respecté et honoré par l'Ordre encore aujourd'hui.

La Ligue ne fait aucune distinction quand au Clan de ses recrues tant que le vampire démontre un esprit de réflexion adéquat et une loyauté sans borne. L'Ordo Dracul est une Ligue relativement fermée et dont les vampires extérieurs ne savent pas grand chose. Leurs pratiques autant au niveau des initiations que de l'apprentissage des Anneaux restent de nos jours encore très obscurs à moins d'être soit-même un Dragon. Il faut aussi savoir que la Ligue ne laisse pas n'importe qui étudier. Il est indispensable d'avoir fait ses preuves via différentes missions et d'avoir trouvé un mentor. L'approbation des autorités de la Ligue peuvent parfois être nécessaire dans certains cas, bien que généralement l'autorisation soit directement donné au mentor. Celui-ci devra néanmoins rendre compte à un supérieur de désir de prendre un apprenti. Cependant cela peut se révéler relativement ardue étant donné que chaque mentor ne peut avoir d'un seul disciple. Il faut cependant faire la différence entre un mentor et un enseignant. Un mentor et son disciple forment une paire unique, tandis que l'enseignant peut avoir plusieurs vampires lors de ses cours. De la même façon, les anciens, eux aussi, continuent toujours d'apprendre puisque cela fait parti des fondements même de l'Ordo Dracul. L'élévation autant spirituelle que scientifique est la base de la Ligue.


Philosophie des Dragons

Les vampires de l'Ordre ont une philosophie bien à part. En effet, pour eux, les vampires ne sont aucunement immortels puisque leur créateur leur a donné une enveloppe charnelle destructible autant par leur congénères que par la lumière du Soleil elle-même. Le vampire n'est rien d'autre que le maillon au-dessus des humains dans la chaîne alimentaire. Néanmoins, contrairement à la Lancéa Sanctum, ils ne se voient pas comme un mal nécessaire mais plutôt comme des érudits qui tentent par tout les moyens en leur possession de comprendre et transcender leur état.

Selon eux, rien n'est permanent, puisque tout est en constant mouvement et que même leur non-vie peut s'achever sans crier gare. Tout changement, même radical, serait bénéfique car il est la matière première de leurs diverses études. Leurs capacités d'analyse autant scientifiques que spirituelle font d'eux des vampires aux connaissances polyvalentes, capables de maîtriser des Anneaux et de les utiliser avec sagesse et parcimonie.

Cependant, bien que les changements soient nécessaires, il faut qu'ils aient un but réel. La destruction pour la destruction ne saurait être tolérée, en revanche si celle-ci entraîne une réaction en chaîne réfléchie et calculée dont le but est utile de quelque manière alors l'Ordo Dracul aurait tendance à l'encourager. Le but est l'étude poussée à l'extrême, autant au niveau fondamental que mystique, afin de trouver le but ultime et de laisser derrière eux leur enveloppe vampirique et de rechercher la « suite ». Chaque action menant à une réaction, les études sont diverses et variées et les Dragons ne cesseront de les analyser que lorsqu'ils les auront toutes comprises. Cette leçon transparaît aussi au niveau de l'apprentissage des Anneaux puisque les vampires en découvrent régulièrement de nouvelles facettes et applications grâce à leur études.


Rituels et observances

Les Anneaux du Dragon
Au cœur de la philosophie de l'Ordo Dracul se trouve la transcendance, le désir de s'élever au-dessus des limitations de la nature vampirique maudite. Appr~ndre les Anneaux du Dragon permet à un vampire de «tricher» avec certains aspects du Requiem. Par exemple, un vampire peut ralentir son métabolisme mystique, consommant moins de sang que la normale quand il se relève chaque nuit. Un autre aspect de la transcendance pourrait permettre à un vampire de satisfaire sa soif avec du sang animal, quelle que soit la puissance de son sang. En surmontant ces incarnations du vampirisme, l'Ordre pense qu'il est sur la bonne voie afin d'éliminer le vampirisme ou d'y échapper entièrement, dans le but d'atteindre un autre niveau, quelle que soit sa forme.

Les Nids du Vers
Le monde est constamment en mouvement, à des niveaux que même les vampires ne peuvent percevoir. Il y a bien longtemps, l'Ordo Dracul a remarqué que certains lieux retenaient la magie mieux que d'autres. Ces endroits, appelés aussi bien « nexus » que « nids de dragon » ou encore « nid du vers » selon les cultures et les périodes de l'histoire, ne sont pas statiques. Ils migrent comme emportés par les courants des énergies mystiques du monde. De même, de nouveaux sites de pouvoir apparaissent chaque année. L'Ordre a déterminé que des lieux que les mortels considèrent comme étant hantés, maudits ou encore bénis est simplement le résultat du passage de cette énergie dans un nouvel endroit. Aussi, après quelques années, les Dragons redessinent les cartes mystiques du monde, situant les endroits et les courants de pouvoir mystiques entre eux, qu'on nomme parfois les lignes de force. Ce travail se fait avec un certain respect, voire même un côté rituel. Les cartographes mystiques sont traités avec le plus grand respect et vérifier sur place l'existence d'un nexus avec eux est considéré comme un grand honneur dans l'Ordre. Il est généralement accepté que tout artefact mystique découvert lors d'une telle enquête reste la propriété de celui qui le trouve après que la ligue ait évidemment eu l'occasion de l'examiner et de le cataloguer, bien entendu.

Suivre la queue du Dragon
Cette technique d'enseignement devenue célèbre au sein de l'Ordo Dracul consiste à suivre un cheminement précis lors d'un changement provoqué volontairement par le disciple afin d'étudier. La plupart du temps, le mentor emmène son étudiant chasser et lui ordonne de tuer l'humaine en question. Le jeune vampire à ensuite l'obligation de suivre de près ou de loin les conséquences de cette mort. Qui le mortel laisse-t-il derrière lui? Qui prononce son éloge funèbre? Est-il pleuré? Qui assiste à ses funérailles? Y a-t-il une enquête? Quels efforts fait alors la police? Les vampires sont-ils impliqués? Toutes ces questions sont le cheminement même que le disciple doit avoir et prendre en compte.
En somme, dire qu'un vampire suit la queue du dragon revient à mentionner le fait qu'il prend toutes les possibilités en compte pour ses études.

Honorer son mentor/enseignant
Bien qu'elle ne soit pas obligatoire, la pratique d'honorer son ou ses supérieurs dans la hiérarchie de l'Ordo Dracul une fois par an est recommandée et est devenue une habitude. Chaque membre de la ligue qui le fait a une méthode particulière de montrer son respect, et cela dépend aussi beaucoup du mentor ou de l'enseignant lui-même. Pour certains professeurs, un cadeau (un livre, un calice à son goût, une trouvaille archéologique volée dans un musée) est le bienvenu. Pour d'autres, une démonstration de ce que l'élève a appris pendant cette année est le plus beau présent possible. Les coteries de Dragons qui étudient avec un même enseignant collaborent parfois pour honorer leur maître... mais tout aussi souvent, ils rivalisent pour savoir qui obtiendra la meilleure appréciation.


En définitive, l'Ordo Dracul est une Ligue complexe qui laisse peu de place aux esprits volages et peu enclin à la réflexion. Seul les plus grands et les plus érudits peuvent prétendre avoir une place de choix dans ses rangs et parfois la concurrence amicale entre étudiants se révèle ardue mais pourtant nécessaire afin de faire évoluer plus sainement la Ligue dans ses recherches.


 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logan Grimhood

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 01/05/2016

Feuille de personnage
Volonté:
71/10000  (71/10000)
Expérience:
2/100  (2/100)

MessageSujet: Re: Les Ligues   Lun 5 Sep - 11:47


  Le Mouvement Carthien
 


Le gouvernement vampirique, mise en place dans la ville de Londres est loin d'être une démocratie, si le Prince ordonne, tous les vampires se doivent de se plier à sa volonté ou risque de subir de sévères sanctions. Ceci, les Carthien ne le tolère pas. Ils rêvent d'un monde, plus beaux pour les damnés. Le pouvoir au peuple, voilà le crie de guerre des Carthien. Ils cherchent à avoir une démocratie pour les damnés, un endroit où chaque individus auraient une voix.

Le Mouvement Carthien est la plus jeune des ligues majeures. Elle attire bien plus de nouveaux-nés que les autres ligues. Pourquoi ? Tout simplement, que chez eux, les plus jeunes ont une place, un statut, chose qu'ils obtiendront très difficilement ailleurs. C'est pourquoi la ligue regorge majoritairement de vampire de moins d'une cinquantaine d'année. Toutefois, si les jeunes sont les plus nombreux, quelques rares anciens sont encore là pour guider ces jeunes fougueux, désireux d'un monde meilleur où vivre leur non-vie.

Les traditions doivent être changer, selon les Carthien, une société qui stagne, qui reste en stade n'est pas une bonne chose, elle doit évoluer, elle doit changer. Beaucoup de Carthien pensent même que les vampires devraient prendre exemple sur la société mortelle et que si cela fonctionne pour les humains, cela devrait également fonctionner pour les damnés.

Avec de tels idéaux, rare sont les Ventrue qui se dirigent vers cette ligue, à contrario des Mekhet, qui ont un esprit plus ouverts aux nouvelles idées. Quelques rares Nosfératu sont parfois aperçu dans les rassemblements Carthien. Les Striges aiment étudier les changements ou la peur peut jouer un rôle. Les Daeva ? Eux, aiment tout simplement le jeu politique que cela peut donner. Les rares Gangrels qui rejoignent une ligue, se tournent généralement vers le mouvement Carthien, qui contrairement aux autres ne leur ferment pas leur portes, à leur nature sauvage.

Vous vous doutez bien qu'avec de telles idées, les plus anciens et par conséquent, les autres ligues n'apprécient guère les Carthien. Les Aînés sont traditionnalistes et attachés a leurs coutumes, à leurs habitudes. Les jeunes ont des idées, c'est indéniable, mais qui sont-ils ces chiots pour oser proposer leurs idées et vouloir changer le monde ? L'Ordo Dracul, Le Cercle et la Lancea n'est aucunement en conflit avec les Carthiens. Ils sont là, il faut de tout pour faire un monde. Cependant, l'Invictus, sait très bien qu'ils projettent de renverser le gouvernement, ainsi le Premier Etat les garde à l'œil.

Bien qu'ils soient jeunes, le Mouvement Carthien comportent de nombreux membres, bien trop nombreux pour être ignorés. Le Prince les tolèrent sur son domaine, bien qu'il leur a donné que les bas quartiers, les Carthiens se sont établis à Londres et comptent bien y faire régner une démocratie juste.

Coutumes :

La Chaine.

Lors des grands rassemblements, une haute tête des Carthiens s'avance et demande à toutes les personnes présentes de participer à une ancienne coutume Carthienne. Cette coutume se nomme " La chaine". L'idée est simple, tous les Carthiens présents se retrouvent en cercle et se passent de main en main un artefact précieux pour les Carthiens locaux. Pour Londres ? Il s'agit d'un collier dont le médaillon est une fiole qui déteint la défunte première Doyenne qui les a fait prendre une place dans la capitale Britannique. Cet acte forme donc une chaîne symbolique, rappelant à tous et a chacun que ce fait chaque vampire, affecte tous les autres Le symbolisme est simpliste mais efficace. Chaque vampire dans le cercle est redevable envers quelqu'un et responsable d'un autre, mais pas directement. De cette manière, les Carthien se rappellent leurs points de vue et objectifs communs.

Le jour de l'indépendance.

Les Carthiens sont connus pour faire de grandes fêtes le jour national du pays où ils résident, en mémoire de l'indépendance. Quelle autre jour que celui de la fête national pour promouvoir la démocratie ? Au Royaume-Unis, cela se passe le 11 juin, les damnés fêtant ce jour en même temps que les mortels. Dans les domaines que dirigent les Carthien, les vampires fêtent la nuit où leurs rêves d'un monde nouveau se sont réalisés. La victoire d'un modèle politique alternatif est à la fois rare et merveilleuse dans le monde des Damnés, et les Carthien font la fête en se souvenant de la nuit de cet événement. Quand ils sont libres de le faire, les Carthien peuvent devenir plutôt chahuteurs et leurs soirées sont tout simplement légendaires.



 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logan Grimhood

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 01/05/2016

Feuille de personnage
Volonté:
71/10000  (71/10000)
Expérience:
2/100  (2/100)

MessageSujet: Re: Les Ligues   Lun 5 Sep - 11:48


  Le Cercle de la Sorcière
 


Selon le Cercle, il existe deux types de vampires. Ceux qui ont intégrés la sagesse de le Ligue et ceux qui n'ont jamais pu s'en approcher, même vaguement. Ces derniers n'ont aucune compréhension réelle des croyances et des coutumes secrètes de cette Ligues si... particulière. Pour être plus clair le Cercle de la Sorcière est à la fois plus organisé que l'Invictus, aussi craint et redouté que la Lancéa Sanctum ou l'Ordo Dracul et certainement plus fervent dans ses croyances que les Carthiens. Pour beaucoup, les membres du Cercle ne sont que des ingénu ou encore des esprits en marge de la société. On chuchote à mots couverts qu'ils se rassemblent en Cabales très fermées afin de pratiquer de rituels puissants et ancien en l'honneur de dieux dont les cultes sont aujourd'hui oubliés. Incompris et craint à cause de leur redoutable magie du Cruac, les Acolytes rejettent tous les mythes de la création les plus couramment accepté par les vampires. Longinus? Vlad l'Empaleur? Dieux lui-même? Ses esprits troublés ne croient aucunement au fondateur de la Lancéa Sanctum qui n'a pas été écouté, révéré ou même adoré, pas plus que celui de l'Ordo Dracul qui est arrivé bien après les autres d'ailleurs. Le Cercle revendique plutôt l'aspect naturel de leur condition. Les vampires ont toujours existé, et cela même dans les temps anciens où il furent obligés de se cloîtrer dans les ombres. Ils étaient redouté et crains des mortels, instauraient la méfiance entre eux jusqu'à insinuer une peur insidieuse en eux.

A la trappe les gourou de la Lancéa et le pseudo fondateur de l'Ordo, le Cercle vénère des puissances bien supérieures. Dans les couloirs sombres de leur Ligue on peu parfois entendre parler de rituels anciens à la gloire du dieu cornu Cernunnos ou à la déesse thrace de la lune et de la magie Fendis, le dieu animal Pashupati, les sacrifices de taureaux au nom de Mithra, et les plus sanglantes incarnations des Morrigan. Les Acolytes rejettent totalement la notion de pénitence vampirique, en opposition à la Lancéa Sanctum, et propose un approche plus organique de la non-vie. Selon eux, toutes les créatures, même non-vivantes peuvent continuer à « vivre », à apprendre et à prospérer sans pour autant être sujet à une quelconque culpabilité. Les vampires existent et c'est ainsi. Les membres de cette ligue affirment que la leçon primordiale qui doit être retenue de toute origine qu'un vampire se choisit, est qu'un vampire, bien que condamné à une éternité de non-vie, n'est une victime que dans la mesure où il choisit de l'être. Le pouvoir comme l'illumination restent à portée de chaque créature, vampire ou non, tant qu'on cherche à s'en sortir et à l'obtenir.

Bien que le Cercle soit à la base une Ligue très fermée et centrée sur les vampires, au fur et à mesure des années son idéologie à dépassée les frontière de la malédiction des Damnés et attire désormais aussi les non-vampire. De cette façon, le Cercle accroît les contacts avec les mortels et, au court de l'ancien temps, avec d'autres créatures aujourd'hui oubliées. Comme on peut s'y attendre, leur idéologie fait totalement face à celle de la Lancéa Sanctum qui s'offense de la corruption par le Cercle de ses idéaux sacro-saint. Les deux Ligues se livrent donc une guerre de doctrines et de croyances.

Au cœur des croyances du Cercle on retrouve la Sorcière. C'est une sorte de mentor vampirique, souvent perçue comme l'amante des nombreux monstres mythologiques au des diverses ères et dans d'innombrables cultures. Il est évident que la base de la Ligue est le profond respect des Acolytes envers elle et son savoir. Elle est le fondement même du Cercle et représente tour à tour un amalgame de tous les esprits et dieux qui seraient à l'origine des vampires, une figure en fait pas si différente de celle du fondateur de la Lancéa Sanctum. Les Acolytes vénèrent sa représentation en tant que Déesse-mère et ses précieux enseignements. Selon diverses sources, la Sorcière aurait été rejetée loin de la compagnie des autres dieux pour s'être nourrit du sang des créatures que les dieux avaient créé à leur image. Seule, la Sorcière aurait alors tenté elle aussi de créer à partir du néant stérile où elle se trouvait. Aujourd'hui encore, le Cercle tend à reproduire ce schéma. Partir de rien pour trouver la sagesse et le pouvoir.

Les vampires du Cercle sont incontestablement ceux les plus honnête avec eux-même et qui assument mieux leur condition vampirique. Ils admettent aisément ne plus être mortel et ne plus faire parti de le monde naturel ainsi que le fait d'être maintenu dans une stase éternelle, à jamais incapable de créer la vie. Certains tentèrent pourtant de recréer cette étincelle de vie mais beaucoup échouèrent et pour les autres ce ne fut pour rien de plus que quelques instants fugaces. Quelques Acolytes mettent en pratique cette idéologie à petite échelle, s'occupant de jardins ou élevant des animaux, alors que d'autres voient les choses en grand, cherchant plutôt à créer des choses d'une grande beauté ou utiles, comme des œuvres d'art ou des inventions. Quelle que soit la forme que cela rend, les Acolytes sont avides d'imiter la création à leur façon.

De la même façon, les Acolytes sont persuadés que chaque créature peut surmonter ses propres faiblesses en testant et repoussant continuellement ses limites à la fois physiques, mentales et spirituelles. Ils tendent à se rendre plus fort en mettant à l'épreuve leurs sens, de n'importe quelle manière que ce soit. Certains s'adonne à des pratiques tel que la flagellation ou l'endurance par la douleur alors que d'autres exposent leur corps à des situations nouvelles et difficiles, parfois largement dangereuses, pour dominer leur peurs ou du moins les limiter. Quelle que soit la motivation, les résultats sont évident. Ceux qui subissent tout cela sont plus fort et plus à même d'endurer des situations extrême.

Contrairement à l'Ordo Dracul qui est une Ligue relativement élitiste, le Cercle quant à lui ouvre ses porte aux vampires de tout âge et de tout horizon. S'il y a un clan moins représenté c'est bien les Ventrue. Ses vampires se penchent généralement vers des Ligues prônant les côtés traditionnels du vampirisme et excluent donc le Cercle presque automatiquement. Le plus souvent se sont les Gangrel qui rejoignent leur rang car ils peuvent plus facilement laisser exprimer leur bestialité au court des rituels et retrouve les valeurs animales dans les figures qu'ils admirent. Ces dernières décennies, nombres d'Acolytes cherchent à agrandir les rangs du Cercle en augmentant de manière significative leurs nouvelles recrues. Leurs quêtes les mènent souvent à rencontrer les opprimés ou les déshérités ainsi qu'à croiser la route des non-alignés. Ces derniers sont bien plus tolérant avec le Cercle qu'envers la Lancéa, qui essaye de les soumettre généralement par la force, ou l'Invictus qui les méprise en grande majorité. Il en ressort que ces dernières années les efforts de la Ligue finissent par payer et chaque nuit de nouveaux visages rejoignent les Acolytes.



 



Dernière édition par Logan Grimhood le Sam 24 Sep - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Logan Grimhood

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 01/05/2016

Feuille de personnage
Volonté:
71/10000  (71/10000)
Expérience:
2/100  (2/100)

MessageSujet: Re: Les Ligues   Lun 5 Sep - 11:51


  Les Non-Alignés
 


Depuis la nuit des temps, déjà même à la création de leur espèce, certains vampires ne reconnaissaient pas comme légitime leurs Semblables au niveau de leur gouvernement. Pire, ces derniers, méprisaient l'Aristocratie non-vivante et préférant rester indépendants, étaient très souvent nommé comme non-alignés ou non-affiliés.

Généralement ces vampires sont des rebelles, des hors-la-loi, des iconoclastes de la société vampirique qui rejette le gouvernement en faction pour des raisons diverses et variées. Préférant garder leur libre arbitre et leur idéaux personnels tout en réfutant l'autorité, ils restent souvent apolitiques et ne reconnaissent que leur autorité personnelle pour vrai. Il y a, à vrai dire, autant de raisons de réfuter et renoncer à toute notion de Ligue qu'il y a de vampire non-alignés, chacun voyant d'un œil différent la société dans laquelle ils évoluent quand même malgré eux. Allant de la non-acceptation à la réelle rébellion, beaucoup parmi eux préféreraient brûler au Soleil que de se soumettre à une autre autorité que la leur. Ces vampires indépendants ne supportent tout simplement pas la structure néo-féodale qu'est la société vampirique actuelle et quand bien même, ils ne parviennent que rarement à entrer dans leur moule et à s'y faire.

Bien qu'il ne forme pas vraiment une Ligue, ils sont souvent dénigrés et ignorés individuellement et considérés comme un ramassis d’immondices en tant que collectivité. Néanmoins, ils ont assez de points commun pour que l'on parle de phénomène ou de mouvement, même s'ils ne forment pas une réelle Ligue structurée. La plupart du temps les vampires non-alignés se regroupent en clan car bien souvent leurs idées sont communes. Ainsi les Gangrel forment un ou plusieurs groupes, souvent un pour chaque animal dont ils sont proches. Les Nosfératu, souvent délaissés par la société à cause de leur différence à cause de leur laideur, se réunissent aussi entre eux dans des lieux souvent désaffectés sans vouloir se mélanger aux autres. Les Daeva égarés eux aussi préfèrent parfois renoncer à la société néo-féodale après des déceptions la plupart du temps, ils restent toutefois plus à même de se mélanger avec d'autre clan que de rester définitivement seuls. Les Mekhet quand à eux préfèrent se plonger dans les bibliothèques et délaisser leur Semblables moins libres. Il est à noter que les Ventrue non-alignés sont assez rares car, représentant le clan le plus aristocratique parmi les Semblables, il est presque impensable que l'un d'entre eux renonce totalement à sa Ligue. A vrai dire, il faudrait que la déception soit extrême pour que cela arrive. Toutefois, malgré leur aspect dispersé, ces petits groupuscules reconnaissent généralement un ancien qui fait figure de meneur ou du moins de conseiller à même de prendre des décisions et de parlementer avec le gouvernement le cas échéant.

Tout comme l'Invictus qui est particulièrement attractif pour les anciens de la Famille, souvent les nouveaux-né en quête de délivrance et de liberté se retrouvent attirés par cette petite Ligue. Ils sont la plupart du temps aidé par un mentor un peu plus âgé et qui l'aide à se découvrir en tant que vampire. Cette nouvelle indépendance trouvée, les non-alignés subissent parfois des comportements ou toutes sortes d'actes humiliants de la part des autres Ligues qui les estiment indignes. Pourtant, un certains nombre d'anciens Mekhet ou Gangrel apprécient la liberté retrouvée et les idéaux de leur Semblables non-alignés et cherchent parfois, grâce à leur influence, à s'offrir leurs services.

Il faut savoir que le principe fondamental des non-alignés était et reste le fait que tout vampire est libre. Quelque soit son clan ou son âge, selon eux aucun vampire ne devrait être forcé de s'incliner au pied de tel ou tel gouverneur. Ils trouvent ainsi la notion de titre méprisable et ne reconnaissent que très rarement le titre de Prince. Pour eux, le vampirisme est avant tout solitude. Exclu du monde des vivants, exclu de la lumière du Soleil, errant en marge de toute société mortelle et obligé de se plier à la Mascarade, il ne se considèrent bien souvent que comme des âmes perdues, des prédateurs sauvages et non-vivants. Pour eux, les forcer à coexister sous de faux prétextes ne les mèneraient qu'au désastre. Ce n'est qu'en respectant la nature vampirique que l'harmonie peut être trouvée entre Damnés.

Les non-alignés ne sont généralement pas fou, ils sont justes plus conscients que les autres que le pouvoir, même minime, corrompt les mortels comme les Damnés. Que ce soit la soif de sang, de pouvoir ou d'éternité, elle ronge les âmes damnées et à pour vocation de provoquer mille désastres. Chacun devrait d'abord s'occuper de sa propre voie sans vouloir diriger les autres. Même si eux aussi apprécient les bénéfices de la richesse ou de l'influence, ils n'essayent en principe d'en user avec parcimonie. Bien sur, l'acquisition de pouvoir est considérée comme un terrain dangereux par les non-alignés et beaucoup préfèrent s'en tenir aux sphères d'influences mortelles.



 

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Ligues   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Ligues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [COUPE INTER-LIGUES] La ligue des CRAMPONS
» [Histoire - Sengoku Jidaï] Ikki : coalitions , ligues & révoltes sans le Japon d'autrefois
» 2009-10: tirage des poules de la ligue 2010
» 2009-10: trophée ligue blood bowl
» Ligue des jeunes ou Neo-Yevon ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Reborn :: Administration :: L'univers de London Reborn :: La Non-Vie d'un vampire :: La politique-
Sauter vers: