London Reborn
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Andréa Jefferson - Ordo Dracul - Calice de Logan Grimhood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Logan Grimhood

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 01/05/2016

Feuille de personnage
Volonté:
71/10000  (71/10000)
Expérience:
2/100  (2/100)

MessageSujet: Andréa Jefferson - Ordo Dracul - Calice de Logan Grimhood   Jeu 7 Juil - 11:44




Andréa Jefferson“La drogue, l'argent, la loyauté.”


Mon identité...



☫ Prénom et Nom : Andréa Jefferson
☫ Date et lieux de naissance : 1985, Londres (Angleterre)
☫ Espèce : Calice
☫ Clan : ~
☫ Ligue : Ordo Dracul
☫ Rang hiérarchique / Poste : ~
☫ Pouvoirs : ~
☫ Date et lieu d'étreinte : ~
☫ Age apparent : 31 ans
☫ Régnant : Logan Grimhood
☫ Avatar : Vinnie Woolston







Mon Histoire...

Once upon a time ...



Andréa n'avait jamais eu une vie facile. Enfant, il fut totalement délaissé par ses parents qui ne voulurent jamais de lui. Sa mère était tombée enceinte par accident et quand elle s'était rendu compte de son état, il était trop tard pour se débarrasser de « l'horreur qui grandissait dans ses tripes » comme elle disait. Avec ce genre de discours, pas besoin de spécifier quel genre de mère elle avait été. Enfin, qu'elle avait été un moment seulement. Son père? Andréa ne l'avait pas connu. L'homme, après avoir mis sa mère enceinte, avait fui ses responsabilités et les avait abandonné. Il l'avait laissé avec une mère qui ne l'aimait pas, pire, elle le détestait. A tel point même qu'elle essaya plusieurs fois de le tuer, mais l'enfant survécu toujours à ses mauvais traitements et en ressortait plus fort. Chaque jour était pour lui un nouveau défis, un nouveau jeu de survie, et pourtant étant donné la situation il ne s'en sortait pas si mal.

Malgré cette mère ignoble, Andréa grandit du mieux qu'il put mais il oublia bien vire d'être un enfant. Tout jeune déjà, avant même l'adolescence, il avait fui l'école et se retrouva embringué dans un gang de jeunes dealers. Comme il était le plus jeune mais aussi celui qui avait le moins froid au yeux, Andréa devint ce qu'on appelait un indic. Il passait le plus clair de son temps avec ses compagnons de fortune, les voyant petit à petit disparaître à mesure qu'ils  trahissaient leur parole envers leur boss ou pour diverses autres raisons.

Plus il grandissait, plus on lui donna des responsabilités dans leur petite entreprise. D'indic il passa dealer et il prit son rôle très au sérieux. Avec sa bouille qu'il savait rendre  à la fois angélique et pourtant parfois si agressive, il réussissait à passer à chaque fois entre les mailles du filet et n'attirait  que très peu d'attention sur lui. Bien vite, il devint même le bras du patron quand il eut atteint sa majorité. L'enfant c'était transformé en un jeune homme posé et relativement stable avec une carrure  et une prestance certaine qui ne laissait pas indifférent. Peu importait la situation, il imposait le respect.

Et cet aspect là finit par faire peur à son boss qui se mit a redouter qu'il prenne un jour sa place. Plusieurs fois il tenta lui aussi de le faire éliminer mais Andréa avait gagné pas mal de réflexes grâce à l'éducation spartiate de sa mère et il ne céda pas. Ne parvenant pas à se débarrasser par la méthode « conventionnelle », son patron décida d'en référer à son propre boss pour essayer de l'envoyer dans une autre équipe. Évidemment, l'idée ne plut pas du tout à Andréa et, quand un jeune homme d'une vingtaine d'années vint le voir sur le terrain, il n'apprécia pas non plus. D'autant que l'homme en question était dérangeant. Il passait beaucoup de temps à observer Andréa de son regard bleu-iceberg et même du haut de sa vingtaine d'années il dégageait une prestance, une espèce d'aura qui forçait le respect et l'admiration, à tel point que même lui ployait devant lui.
Le jeune homme arrivait à mettre Andréa mal à l'aise et le rendre nerveux. Les regards froids qu'il posait sur lui semblaient l'analyser, le jauger et même le tester et quelque part Andréa détestait cette sensation. Il ne  savait pas vraiment pourquoi il était là, mais pour lui une chose était clair : cela n'annonçait rien de bon.

L'homme revint plusieurs jours d'affilés, enfin, plutôt plusieurs soirs. Il semblait apprécier les petits plans nocturnes que son équipe et lui avaient mis au point. Ils appelaient ça des raids et cela consistait à investir des points stratégiques  de Londres pendant un temps donné pour vendre leurs produits et de changer ensuite de coin. De cette manière, ils étaient quasiment certains de ne pas se faire prendre  par les autorités, d'autant qu'ils changeaient chaque soir de ronde et de planque.

Le dernier soir pourtant, ils se retrouvèrent nez à nez avec un gang opposé qui leur chercha des ennuis. Enfin, c'était le moins que l'on puisse dire. Ce gang était composé des petits caïds de bas quartiers qui, malheureusement, semblaient armés et passablement alcoolisés. Une série de coups de feu avaient été échangés avant que l'hostilité laisse place à la haine réciproque des deux opposants. Très vite, la tension monta et Andréa, malgré ses atouts physiques, finit par être débordé.

Un coup de feu retentit à ses oreilles et il n'eut pas le loisir de comprendre ce qui se passait que le jeune homme aux yeux iceberg s'était jeter sur lui et prit la balle qui lui était destinée en plein dos, à sa place. Il saignait abondamment mais il ne resta pas au sol plus de quelques instants. Il se redressa, lança un regard noir aux autres hommes et sortit une arme de poing coincée dans un holster discret planqué sous sa veste. Sans une once de remords, il tira deux coups de feu sur celui qui l'avait blessé avant de grogner et d'abattre avec une rapidité et une précision redoutable les cibles qui les entouraient.

Du carnage qui avait eu lieu, il ne restait qu'eux deux et encore le jeune homme était largement blessé. Gravement même. Andréa ramassa le reste de la marchandises et l'argent qu'il fourra dans ses poches et se décida d'aller soutenir l'homme malgré le malaise qu'il ressentait le concernant. Ils se dégagèrent rapidement des lieux et regagnèrent leur planque du soir. Andréa retira la balle du dos du jeune homme et le banda avec un linge de fortune. Il ne savait pas comment le remercier de l'avoir sauvé et il n'osait pas parler non plus, bien trop écrasé par cette prestance qui le caractérisait. Andréa finit néanmoins par venir s'asseoir à côté de lui en se tortillant sur son siège et probablement avec raison.

Il croisa ses yeux iceberg l'espace d'un instant, avant de comprendre que l'homme était en train de le mordre à la gorge. Pourtant, à son grand étonnement, il n'eut pas mal. C'était même tout le contraire. Andréa aurait voulu hurler de douleur mais tout son corps s'engourdissait et il ressentait un plaisir immense, incontrôlable, irrésistible. Il n'avait nullement peur, en fait tout ce qu'il voulait à ce moment là c'était que l'homme ne cesse de le mordre. Il ne voulait briser cette étreinte à aucun prix mais, pourtant, l'homme finit par se détacher de lui et lui lécha le cou de façon presque sensuelle. En tout cas Andréa le prit comme ça.

Cet homme était... Il fascinait tout simplement Andréa. Maintenant c'était lui qui le lâchait plus des yeux. Il voulait savoir. Savoir qui il était. Savoir pourquoi il l'avait sauvé. Savoir pourquoi... ça?Andréa avait une quantité impressionnante de questions qu'il voulait lui poser mais l'homme ne lui en laissa pas le temps. De lui-même il lui expliqua tout, du début à la fin, sans omettre le moindre détail. Évidemment, Andréa resta bouche bée et, s'il n'y avait pas eu la morsure, il ne l'aurait très certainement pas cru et même prit pour un fou. Cependant le faits étaient là et l'homme lui avait sauvé la vie.

Andréa pouvait par moment être un vrai salaud mais sa loyauté et son sens de l'honneur lui disait qu'il avait une dette envers l'homme. Aussi, quand il lui fut proposé de devenir ce qu'il appelait « un calice », il accepta sans hésiter. Il voulait aider cet homme si particulier et la perspective de pouvoir le faire tout en se laissant mordre de la sorte régulièrement lui plaisait très fortement.

La seule chose qu'il demanda en contrepartie c'était de savoir son nom. Et la réponse ne se fit pas attendre.

« - Grimhood, Logan Grimhood... »

Mes Relations...

Mon Régnant, Logan Grimhood

Un jour, alors que j'étais dans de beaux draps encore une fois, tu m'as sauvé la vie. Quoi de plus normal que de te vouer la mienne. C'est un juste retour des choses. Et puis... Ta morsure est si... Hum... Passons.


Quelques mots...


Gentil petit calice cherche lien. Je mords pas. Enfin pas autant que les vampires du moins!

©never-utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Andréa Jefferson - Ordo Dracul - Calice de Logan Grimhood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SWolve] The logan Team
» Ordo Xeno
» L/C BerPhan Comic show - Logan
» ORDO MALLEUS
» Logan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Reborn :: Administration :: Personnages :: Pris :: L'Ordo Dracul :: Calices & Goules-
Sauter vers: