London Reborn
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Abigaëlle Castle - Non-Alignée - Goule de Dorian Ravenblack - Gangrel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eléonore Frey
Admin
avatar

Messages : 289
Date d'inscription : 30/04/2016

Feuille de personnage
Volonté:
124/10000  (124/10000)
Expérience:
3/100  (3/100)

MessageSujet: Abigaëlle Castle - Non-Alignée - Goule de Dorian Ravenblack - Gangrel   Ven 29 Juil - 7:36




Abigaëlle Castle “I will never give up on you, I see the real you. ”


Mon identité...


• Nom/Prénom : Castle Abigaëlle
• Date/Lieu de naissance :  mai 1993 à Bordeaux
• Espèce :  Goule
• Clan : Gangrel.
• Ligue : Non-Alignée
• Rang hiérarchique/Poste : Membre
• Pouvoirs :  Transformation en louve ( Latente)
• Âge apparent/Vampirique : 22 ans
• Régnant: Dorian Ravenblack
• Avatar : Phoebe Tonkins







Caractère  

To be or not to be....



Me décrire en quelques mots ? Voilà quelque chose qui n'est pas simple...  Il y a tellement de mots pour me décrire. Mon humeur est plutôt changeant en fonction de la personne qui se trouve devant moi. Une chose est sûre, je ne suis pas le genre de personne qui s'incline devant une " autorité supérieur". La hiérarchie, je déteste ça. Rare sont les gens qui ont une autorité sur moi ... A vrai dire, je n'en compte qu'une seule à ce jour.  Une seule personne qui peut se permettre de me donner des ordres et espérer que je les exécute ... Mais avec cette personne en particulier ... Ce n'est pas pareil.

Je suis borné, une vraie tête de mule, il n'est pas aisé de me faire changer d'avis. J'ai un tempérament rebelle et indépendant,  je ne suis pas du genre à reculer devant une difficulté ou une menace.  J'ai plutôt une bonne répartie et n'hésite pas à répondre, même à ceux à qui je ne devrais pas. On me dit souvent que je suis contrariante, que j'aime contredire et avoir raison, je mentirais en disant que c'est faux.  D'ailleurs à propos des mensonges, je suis quelqu'un d'assez manipulatrice, mentir à certaines personnes ne me dérange pas, tant que cela sert mes propres intérêt. Toutefois, je suis incapable de dissimuler la vérité aux personnes qui me sont chères et aujourd'hui, ces personnes se comptent  sur le doigt d'une main. D'ailleurs, avec elles, je me montre plutôt protectrice. Je ne supporte pas que l'on s'attaque à mes proches où qu'on leurs fasse du mal et n'hésite pas à recourir à la violence dans ses cas là.

Dans la société vampirique ? Je ne m'y retrouve pas. Je ne supporte pas leurs airs hautains et méprisant qu'ils arborent au quotidien. Bien que je reste ce qu'ils appellent une "goule",  jamais je ne me considérerait inférieur à leurs petites personnes.  Je n'hésiterai jamais à remettre en place l'un d'entre eux si la situation s'y apprête.   Toutefois, je reste loyale à mon régnant et ne le mettrais jamais en mauvaise posture, du moins volontairement. Je ne sais pourquoi, je l'apprécie, au de là du fait que son sang soit  le meilleur des nectars et tourne quasiment en addiction.  J'aime sa compagnie, j'aime son sang, j'aime sa personnalité... NON! Je ne suis pas amoureuse, je refuse, je ne tomberais pas dans ce piège... Pas une nouvelle fois.

Vous l'avez surement compris, j'ai le don de m'attirer des ennuis. Jusqu'ici, j'ai toujours réussi à plus ou moins m'en sortir, parfois avec de l'aide, parfois sans.  Mais je ne me laisse pas abattre et il est difficile de me décourager ! J'ai un caractère bien trempé mais je sais me faire apprécié. Je suis un peu perdue dans ma nouvelle vie et je m'y accommode lentement, mais cela ne suffit pas pour me fragilisé.

Mon histoire

Once upon a time ....


Je n'ai pas eu une vie très ... originale, si c'est ce vous vous demandez.  J'étais une enfant plutôt dissipée.  Ma mère m'a élevé seule depuis que mon père s'était barré à ma naissance.  On vivait dans un petit appart' pas très loin de Bordeaux.  Nous étions pas très riche, on se débrouillait comme on peut. C'était plus de la survie qu'une réelle vie à vrai dire.

Comme je le disais, j'étais une enfant plutôt difficile, je n'étais pas hyperactive ou tout ses trucs qu'on dit aujourd'hui lorsqu'on voit un enfant insolant. Non, juste, j'ai toujours eu un caractère bien trempé et déjà à l'époque, il ne fallait pas m'ennuyer.  Très tôt, j'ai développé un attrait certain pour le kendo et le taïchi, le premier me permettait de me défouler, le second, de me détendre.  Ensuite, petit à petit, vint mon amour pour ce magnifique pays qu'est le  Japon.
En cours, j'étais une élève normale, non pas une cancre, mais pas une intello non plus, je ne ratais pas une occasion de me faire remarquer cela dit et il  n'était pas rare de me voir dans les salles de retenues.  Au lycée, j'avais pas mal de succès avec les mecs, apparemment, mon côté rebelle, qui n'avait fait que s'accentuer au fil des ans, plaisait à la gente masculine.

Après le lycée, je me suis orientée  vers des études de Marketing, que je n'ai pas pu terminé. C'est à cette époque que mes emmerdes ont commencé. Ma mère a fini par me foutre dehors et j'ai emménagé avec mon copain de l'époque.  J'ai du donc trouvé un job, mais quand on à peine 16 ans, c'est chose impossible. J'ai donc trouvé l'argent là ou j'ai pu. J'avais fini par être repérée par une sorte de gang, si on peut appeler cela comme ça. Ils vendaient de la drogue, je la livrais et j'étais payée.  J'étais discrète, efficace et tant que je faisais mon taff, tout allait bien.
Jusqu'à ce que cette raclure qui me servait de petit copain, me dénonce aux autorité, après qu'on ce soit disputer pour je ne sais plus quelle broutille. Dans un excès de rage, il  avait foutu toute ma vie en l'air, du moins, le peu que j'avais réussi à construire. La trahison, c'était une chose que je ne supportais pas et je me promis donc de ne plus jamais tomber amoureuse. L'amour ? Pour les faibles,  et moi, j'en n'étais pas une. Je mettais faites cette promesse en ne sachant pas ce qui allait se découvrir à moi seulement quelques années plus tard.
Etant donné qu'au moment des faits, j'étais mineure, je ne pris pas grand chose, seulement un séjour en centre de désintox. Car, évidemment, si je la livrais, il va s'en dire que je consommais également cette crasse, idiote que j'étais...
Seule,  tant que j'étais mineure, j'enchainais les foyers et autres truc stupides et barbant pour adolescents paumés, comme moi. Je ne restais jamais longtemps, les familles d'accueils me foutant dehors, le plus longtemps que j'ai tenu dans la même famille ? Trois semaines. Je crois que c'est à ce moment là que j'ai commencé à détester l'être humain, j'en voyais de toutes sortes, des riches, des pauvres,  certains sympas, d'autres moins, mais plus je voyais la société telle qu'elle était réellement, plus je la détestais, la haïssais même.

Maintenant que j'étais considérée comme une adulte, c'était moins galère pour trouver un job. J'ai été serveuse, balayeuse, secrétaire, tous des choses à ma portée, que j'exerçais pendant quelques mois avant de me faire virer.  J'en ai eu ensuite marre, j'ai quitté Bordeaux.

Vous voyez ces gens qui claquent tout pour partir à l'aveuglette en mode very bad trip  dans les films ? Ouais et bah ça marche pas! Je m'étais éloignée des villes et de la société en général, parfois, je dormais dans un hôtel miteux quand j'arrivais à avoir un peu de sous, parfois à la belle étoile.  Vous dire que je mangeais à ma faim tous les jours serait un mensonge.  J'ai vraiment galéré à ce moment là et si je m'étais pas écroulée devant la porte de cet homme, bah je serais morte à l'heure qu'il est. Cet homme c'était David. David était un mec d'une quarantaine d'année, à l'accent british qui vivait dans une grande propriété dans les montagnes. Il vivait totalement reclus de la société,  il n'avait besoin de personne pour vivre, il avait tout sur place, un immense potager, avec des légumes divers et variés, des bêtes, chevaux pour aider aux champs, vaches et brebis pour les produits laitiers, basse-cour pour les œufs ... En gros, il n'avait besoin de rien ni de personne pour pouvoir vivre tranquillement sa petite vie.  

Affamée et faible, j'avais fini par tomber de fatigue devant chez lui, je n'avais pu trouver une quelconque aide depuis plusieurs jours, les villages et les maisons me fermant constamment leur portes. En même temps, en y repensant, je devais probablement faire peur et devait ressembler plus à un zombie qu'à une humaine. Et vu que cette société juge d'un seul regard ...
Hors, David, il n'était pas comme eux. Il m'ouvrit sa porte, m'offrit un lit et le couvert, le temps que je reprenne mes forces. Je ne pouvais pas le payer, ainsi en guise de remerciement, il me proposa un marché. Il avait besoin de renforts pour s'occuper de sa propriété, ainsi, en échange d'une chambre et de repas, je l'aiderais à travailler et à maintenir son immense ferme en ordre. De tous les boulots que j'ai pu faire, celui de fermière a probablement était le plus éprouvant, mais pourtant, le plus enrichissant. David avait un lien particulier avec les animaux et c'est lui qui m'apprit à me rapprocher d'eux, à les comprendre et à voir que le monde animal valait bien mieux que l'humanité.  Dans les forêts environnantes, on pouvait souvent, à la tombée de la nuit, voir des loups.  J'étais fascinée par eux, une meute de loup gris vivait non loin de chez David et je passais mon temps à les observer en secret, si bien qu'ils avaient fini par m'accepter sur leur territoire. Evidemment, ils restaient des animaux sauvages, et je ne pouvais m'en approcher comme on approche un chien. Mais, rester à plusieurs mètres d'eux silencieuse, ne les dérangeaient plus et aucun hurlement n'était fait lorsque je mettais les pieds sur leur terrain. J'appris énormément sur eux et leur comportement, si bien que je tenais un carnet où je gardais toutes mes notes.

Les années passèrent, finalement, j'avais trouvé ma place aux côtés de David qui agissait en vrai père pour moi. Il en était né une réelle complicité entre nous deux qui me plaisait énormément. J'aimais vivre ici et je ne me voyais pas autre part. David me disait souvent que je lui rappelais la fille qu'il avait perdue, et moi, je lui répondais qu'il était tout simplement le père que je n'avais jamais eu.

Pourtant, c'est lorsqu'on s'y attends le moins que tout bascule. David finit par avoir des dettes, énormément de dette,  si bien que petit à petit, ses biens fut saisis, les bêtes furent vendues à un abattoir et l'immense maison allait être vendue. Le matin de la vente, j'avais trouvé David pendu dans sa grange, avec une lettre d'adieu posée à côté de mon lit.  J'avais enfin trouvé un repère, un refuge et on me l'avait encore enlevée ! Les trois années que j'avais passé à ses côtés, je savais qu'elle allait resté à jamais gravée dans ma mémoire.

Cette fois, je quittais totalement la France, partant à nouveau à l'aventure, vers l'inconnu. J'atterris à Londres. Etrangement, la capitale Anglaise me réussit puisque rapidement, là encore, j'avais réussi à trouvé quelque chose, un job, et une coloc pas trop cher. Je vivais chez un mec de mon âge, qui lui faisait des hautes études de médecine, dans l'une de plus prestigieuse école de la ville, pendant que moi, j'étais serveuse dans le bar branché du coin. Malgré son air intello, James était plutôt cool comme type, on avait finit par sympathisé et de coloc il est devenu le premier ami Anglais que j'ai eu. Mes années aux côtés de David, m'avais également appris à parfaire mon anglais, bien que j'avais gardé un fort accent Français qui faisait autrefois souvent rire le quadragénaire.  J'avais donc réussi plus ou moins à me débrouillé durant quelques mois.
Mais maintenant que j'ai rencontré Dorian, plus rien ne sera jamais comme avant ...
Mes Relations...


 Mon Régnant, Dorian Ravenblack


Toi ... Tu es tout. Absolument tout. Mon régnant, mon guide. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi et je ne me vois pas autre part qu'à tes côtés. Mais que me réserves-tu Dorian ? Que vas-tu faire le jour ou je m'en irais ...?  Tu me dis souvent que je ne dois pas te laisser, mais si tu ne fais rien, je n'aurais pas le choix, un jour, nous serons séparé et cette possibilité m'effraie, tout comme les sentiments évidents que j'ai pour toi, que je n'oserais d'ailleurs jamais révéler.


Adélia Cunnane, une maman d'adoption

Je ne sais pas comment te décrire, tu es tout simplement une fille géniale que j'adore ! Cet instinct maternelle que tu as envers moi, c'est bizarre, mais j'adore cela, je ne sais pas pourquoi.  Je veillerais à ce qu'il ne t'arrive jamais aucun mal, car malgré quoi que tu en dises, pour moi, tu es dans la meute ...


 Mon pote, Callan Marshall Salvatore.


Comment dire, tu es un peu le mec que je vais voir quand ca va pas ?  Je suis l'une des rares mortelles que tu acceptes et ce statut me plait, on a pas mal de point en commun et je sais que je peux compter sur toi. T'es un pote, un ami qui m'est précieux, Callan.


Quelques mots...

Je cherches encore des liens, n'hésitez pas à me contacter ! Et vivre les brocolis  o/ Spécial dédi à moman adidi :3



©never-utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.london-reborn-rpg.tk
 
Abigaëlle Castle - Non-Alignée - Goule de Dorian Ravenblack - Gangrel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Castle of Illusion: Starring Mickey Mouse [MD]
» [MegaDrive] Mickey Mouse: Castle of Illusion
» Castle Flowers de Candy2537
» Azrielle goule sans maître
» Castle Crashers[validé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London Reborn :: Administration :: Personnages :: Pris :: Non-Alignés :: Calices & Goules-
Sauter vers: